Exemples libertaires.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Exemples libertaires.

Message  Telimectar le Jeu 8 Jan 2009 - 14:15

Dans l'idéal je pense que nousa aurions intérêt à rapprocher notre manière d'éduquer des manières libertaires : Apprentissage de l'autonomie, du sens critique, et bien entendu arréter de formater les enfants pour qu'ils aillent dans des cases (ou nulle part s'ils n'y rentrent pas).

Je parlerais encore moins bien que des personnes que la question occupe quotidiennement, ainsi je me permet de mettre un article tiré du site de la CNT-FTE tiré de cette page

------------------------------------------------------------------------------------------
Une expérience d’éducation « libertaire »
Lors de notre séjour au Brésil à l’occasion du 1er colloque international sur l’Education libertaire (Sào Paulo, 7 et 8 septembre 2007) nous avons eu l’occasion de visiter la Escola Municipal Amorim Lima et de discuter longuement avec sa directrice Ana Elisa Sigueira. Cette école et son équipe ne se réclame pas explicitement de la pédagogie libertaire mais son fonctionnement, de fait en est très proche.

Lors de notre séjour au Brésil à l’occasion du 1er colloque international sur l’Education libertaire (Sào Paulo, 7 et 8 septembre 2007) nous avons eu l’occasion de visiter la Escola Municipal Amorim Lima et de discuter longuement avec sa directrice Ana Elisa Sigueira. Cette école et son équipe ne se réclame pas explicitement de la pédagogie libertaire mais son fonctionnement, de fait en est très proche. Cette expérience pédagogique alternative, il est vrai à son origine, s’est largement inspirée de la escola da Ponte créée en 1976 par José Pacheco au Portugal dans la foulée de la Révolution des oeillets. Cette école est une école publique municipale située dans un quartier populaire de Sào Paulo, elle compte 800 élèves en « enseignement fondamental » et reçoit 90 adultes le soir en cours d’alphabétisation. Il fallut sept ans pour convaincre les autorités légales et mettre en place le projet. Depuis quatre ans l’école a adopté le principe d’un fonctionnement auto-organisé.

Mais cette école est plus qu’une école puisque au-delà de sa mission d’enseignement fondamental en direction d’un public scolaire, l’école est ouverte sur le quartier et à ses habitants. En effet, elle demeure ouverte 7 jours sur 7, le soir pour des formations pour adultes et le week-end pour favoriser un accès à la bibliothèque (de 8 à 15 heures) et à des activités sportives et culturelles.

Pédagogie

La règle fondatrice de la Escola Amorim Lima répond aux exigences des « Ecoles démocratiques » adoptées aux congrès de Berlin en 1985. Les enfants apprennent quand ils veulent, où ils veulent et avec qui ils veulent. Les enfants ne sont pas astreints à l’enferment dans une classe - de nombreuses cloisons ont d’ailleurs été supprimées - ou à un groupe de pairs. Ils se regroupent par tranche d’âge et par centre d’intérêt autour et avec un adulte, appelé tuteur, qui prend en charge la progression des enfants dans un cadre toujours pluridisciplinaire où il s’agit de les faire découvrir pour apprendre et non pas de les enseigner, de les « gaver ». Partout et sur tous les thèmes, la libre discussion et le respect de l’autre son de rigueur. Ils sont aussi la condition nécessaire à l’appropriation des savoirs et à la naissance de l’esprit critique.

Seule contrainte parcourir en 8 ou 9 ans les 130 objectifs d’acquisition nécessaires pour l’accès à l’enseignement secondaire. L’itinéraire est libre, selon les centres d’intérêts et les motivations et le rythme de chacun. Rien d’ailleurs n’empêchent un groupe d’enfants de proposer de nouveaux thèmes d’acquisition de savoir voire d’en produire les supports pédagogiques comme ce fut déjà plusieurs fois le cas le passé. L’évaluation sommative (les notes) n’existe pas. Certes des critères ont été définis pour chaque objectif et sont imposés par l’administration publique (pleinement satisfaisant, satisfaisant, non satisfaisant) mais ils ne servent qu’en cas de départ d’un enfant pour une autre école ou lors de son passage dans le secondaire. L’évaluation est permanente, croisée et formative durant la totalité du parcours éducatif. Après chaque projet de recherche ou suite au travail sur un objectif, chaque enfant commence par s’auto-évaluer à l’aide d’une grille, puis participe à l’évaluation de son groupe dans le cadre d’un débat collectif ou le tuteur fait connaître son appréciation. Une fois cette étape effectuée, les parents sont invités à venir discuter des résultats atteints. Les enfants sont donc bien au centre du processus d’apprentissage, ils en sont les acteurs et les auteurs.

Dans l’enceinte de l’école tous les lieux sont considérés comme pédagogiques, tout est prétexte à apprentissage : les espaces traditionnellement pédagogiques (ateliers, salle informatique, salle de « cours »...) autant que la cour, le potager, la cuisine... ou encore la case offert aux enfants - mais construite avec eux - par un groupe d’indiens Guarani. Il en va de même des activités, chacune d’entre elles, est l’occasion d’observer, d’apprendre à connaître et à comprendre le monde. L’atelier Capoeira permet de découvrir autant la résistance des populations noires à l’esclave que les sociétés africaines, les origines du Brésil, la danse, la musique et l’activité physique... A Amorim Lima, les cloisonnements disciplinaires et leur visée réductrice n’existent pas. L’atelier lecture à l’inverse peut s’ouvrir sur le jardinage autant que sur l’acquisition des bases de la communication et de l’écoute active d’autrui. L’équipe est constituée d’une centaine d’adultes, 40 enseignants, 10 administratifs, 10 personnels d’entretien et 40 adultes volontaires (retraités, parents, ex-parents, voisins...) qui tous participent au projet pédagogique et qui selon leurs talents, leurs spécialités et leur disponibilité partagent leurs savoirs et leurs expériences avec les enfants.

Discipline

En cas de refus d’apprentissage, aucune sanction n’est prévue, l’équipe fait le pari de l’émulation, de l’éveil de l’intérêt et du désir d’apprendre. Le « promeneur » est accepté jusqu’à ce qu’il trouve un thème lui permettant d’engager avec d’autres sa propre dynamique d’apprentissage. L’école de fait ne connaît que peu de souci d’ordre disciplinaire. Néanmoins, en cas de problème, le « groupe risque » composé uniquement d’adultes se réunit pour étudier la difficulté, envisager des solutions et faire des propositions. Suite à quoi, les enfants concernés sont priés d’expliquer leurs gestes devant tous les conseils (voir ci-dessous). Ils ne s’agit pas de sanctionner, l’exclusion n’existe d’ailleurs pas, mais de responsabiliser par le truchement de la compréhension des actes commis et de l’explication collective. Il s’agit là encore et avant tout d’un dispositif éducatif individuel et collectif.

Fonctionnement

Les règles de fonctionnement suivent un processus « démocratique » complexe. Le règlement intérieur a été élaboré par les enfants eux-mêmes lors d’une longue discussion. Suite à quoi une assemblée générale de 72 représentants s’est tenue (2 représentants pour 36 groupes d’élèves) et a produit un premier texte remis en débat et affiné par 10 coordinateurs (issus des 72) et 2 parents (un père et une mère). Ce second texte est ensuite soumis à l’approbation des 72 qui de là produisent une troisième texte de règlement qui sera proposé et adopté au Conseil de l’école à l’unanimité. Le processus est le même pour toutes les décisions importantes. Ce Conseil de l’école est composé uniquement de représentants de la communauté des adultes et il est habilité à discuter de tout ce qui concerne l’école y compris les programmes. Seul le poste de direction et la nomination des enseignants sont hors de son champ même si mécanisme d’ajustement dans ce domaine existent aussi (acceptation du projet et des pratiques pédagogiques, pression de la communauté enfantine...). Afin de prendre ses décisions le Conseil d’école, seule instance habilité, est alimenté par un conseil pédagogique et un conseil financier.

Pour le fonctionnement régulier du groupe d’apprentissage, une fois par semaine, chaque tuteur fait le point avec son groupe d’élèves. Pour les questions plus large, une assemblée générale composée de deux représentants par groupe se tient tous les quinze jours. En bref, l’école fonctionne globalement sur un mode coopératif où toutes les décisions sont débattues et soumises à des processus collectifs.

Conclusion

Au-delà du fonctionnement et des principes pédagogiques affichés, l’objectif de la escola et de son équipe « militante », et c’est le principal à nos yeux, est bien de permettre aux enfants de devenir des individus autonomes, libres, socialement actifs et responsables. Il n’y a pas dans cette expérience le projet durkheimien de modeler une pâte molle et de produire un homme nouveau ou une femme nouvelle prédéterminés et surdéterminés par une conception autoritaire de la société. Il s’agit bien, et en cela le projet de la Escola Amorim Lima s’inscrit bien dans une perspective libertaire, de permettre aux enfants « d’être » ce qu’il souhaite devenir et non pas « devoir être » ce que d’aucuns souhaiteraient qu’ils soient.

[Francisco Codello (Revue « Libertaria ») Hugues Lenoir]

extrait du site de "A voix autre" :

http://www.avoixautre.be/
avatar
Telimectar
Curateur de la Salle

Masculin Nombre de messages : 1581
Age : 35
Localisation : An Tirismar
Date d'inscription : 09/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://yomenie.forumzarbi.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exemples libertaires.

Message  Telimectar le Jeu 26 Nov 2009 - 21:44

très "anarchiste" dans l'écriture, mais le fond est intéressant...

Bonaventure : mode d'emploi.

Ecole libertaire, centre d'éducation libertaire, république éducative libertaire, BONAVENTURE fait assurément partie de ces trop rares petits perce-neige têtus qui taraudent inlassablement le grand manteau blanc de l'hiver éducatif pour y mettre quelques touches de couleur antiautoritaire et faire des pieds de nez à un système qui conjugue la réussite (et l'échec) scolaire au temps lourd de l'origine sociale et qui envoie des générations entières se faire couper les ailes.
Mais Bonaventure ce n'est pas que cela !
En brandissant haut et clair le drapeau de la laïcité, de la gratuité, d'un financement social, de l'égalité des salaires, de la propriété collective...
En tissant des liens avec des alternatives sociales, culturelles, syndicales, politiques... anticapitalistes et antiautoritaires...
En affirmant la nécessité d'un service social d'enseignement qui soit vraiment celui de l'égalité des chances...
Bonaventure se veut, en effet, l'un des fantassins de cette petite armée de gueux qui labourent inlassablement les terres ingrates d'une transformation sociale radicale.

Bonaventure : cette association (type loi 1901) scolarise des enfants de 3 à 11 ans. Les parents déscolarisent leurs enfants ( loi sur l'instruction).
Bonaventure, c'est qui ?
* Une douzaine d'enfants de 3 à 11 ans ; un(e) instituteur(trice) ; un(e) animateurs(trice)
* des parents ; les membres du réseau ; toutes celles et ceux qui soutiennent le projet à un niveau ou à un autre

Bonaventure, c'est où ?
* Sur l'île d'Oléron en Charente Maritime (France). Depuis septembre 1993.
Bonaventure, ca repose sur quels principes ?
* Sur celui de l'éducation permanente à et par la liberté, l'égalité, l'entraide, l'autogestion et la citoyenneté
* Sur ceux de la laïcité, de la gratuité, de l'égalité des salaires, de la propriété et de la gestion collective... Bonaventure, ça marche comment ?
* Sur le modèle d'une classe unique à pédagogie Freinet mélangeant classes d'âges et groupes de niveaux (petite section de maternelle à CM2).
* En externat. La scolarité se déroule au rythme de cycles d'apprentissage fondamentaux de 2, 3 ans. Chaque cycle s'effectue par le biais de projets élaborés conjointement par les enfants et les éducateurs et faisant l'objet de contrats. Pendant et à l'issue de chaque contrat il y a auto évaluation par l'enfant et évaluation par le groupe. L'école dans son ensemble s'auto évalue en permanence via ses A.G. et est évaluée régulièrement par une commission externe dite de " regard extérieur " qui comprend des sociologues, des psychologues, des enseignant(e)s.. en sympathie avec le projet mais n'y participant pas directement.
* Enseignement des matières " traditionnelles " le matin ; activités artistiques, sportives, manuelles... l'après-midi .
* La participation à la vie institutionnelle de l'école et à sa gestion (sur un mode autogestionnaire) fait partie du processus éducatif (apprentissage de la citoyenneté) et se trouve de ce fait soumise à évaluation.
* Bonaventure cherche à se fédérer avec des écoles libertaires et autogérées étrangères. L'apprentissage d'une langue étrangère et de l'Espéranto est donc dans ses projets. Bonaventure collabore avec des centres éducatifs du mouvement d'éducation populaire au Sénégal.
* Bonaventure est adhérente au mouvement Freinet. Bonaventure participe dans la mesure de ses moyens aux activités de l'I.C.E.M., de l'A.C.E.P.P. 17.
*Le cursus scolaire, comme la vie à l'école, s'effectue au rythme de l'accompagnement, de l'entraide et du marrainage. Dans le cadre de projets Bonaventure effectue régulièrement des séjours dans différentes structures (agricoles, économiques, culturelles, sociales...) alternatives.
* En fin de scolarité Bonaventure prépare les enfants à l'entrée en sixième et en cas de départ avant cette échéance Bonaventure prépare le retour à la norme scolaire.

Bonaventure, c'est géré comment ?
* Chaque année un congrès réunissant l'ensemble des acteurs directs (enfants, éducateurs, parents...) et indirects (membres de commissions, sympathisants...) définit les grands objectifs de l'année à venir. Pendant l'année, dans le cadre des décisions du congrès, les acteurs directs de Bonaventure autogérent leur quotidien pédagogique, éducatif, matériel, financier... Bonaventure, ça appartient à qui ?
* Les biens mobiliers et immobiliers de l'école sont la propriété collective de tous les acteurs(trices) du projet. Bonaventure, c'est financé comment ?
* Les bâtiments et leurs aménagements sont financés par la vente de parts de 5OO F. Le fonctionnement de l'école (dépenses pédagogiques, salaires, électricité...) est financé par souscriptions ( chaîne de prélèvements automatiques, dons,...) et par la vente des productions de Bonaventure ( brochures, livres, affiches, productions enfantines, posters...).

Bonaventure, ça coûte combien ?
* Projet collectif, financé collectivement, la scolarité à Bonaventure est gratuite

_________________
Les contradictions, les incartades, la méfiance joyeuse, la moquerie sont toujours signes de santé : toute espèce d’absolu relève de la pathologie. F. Nietzsch
avatar
Telimectar
Curateur de la Salle

Masculin Nombre de messages : 1581
Age : 35
Localisation : An Tirismar
Date d'inscription : 09/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://yomenie.forumzarbi.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exemples libertaires.

Message  Meneldil le Sam 28 Nov 2009 - 14:44

Pas le temps de tout lire maintenant, mais ça a l'air intéressant, dès que j'ai Internet j'y reviens.
avatar
Meneldil
Arquen
Arquen

Masculin Nombre de messages : 709
Age : 34
Localisation : Mayotte
Emploi/loisirs : Prof d'histoire-géo
Date d'inscription : 14/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://www.tol-ardor.org/1Accueil.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exemples libertaires.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum