Distillation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Distillation

Message  Telimectar le Mer 16 Juin 2010 - 20:03

Je pense de toute façon qu'il s'agit là d'un point important. Non seulement les eaux florales (ou hydrolats) sont des produits intéressant dans l'alimentation, mais encore en tant que médication ou pour l'hygienne (eau de romarin etc.)

Il faut aussi considérer qu'il s'agit d'un revenu qui peut être appréciable : autour de 45 euros le litre d'eau de rose pour la qualité cosmétique, et 20 euros pour l'alimentaire, sachant qu'avec mes moyens actuels, en une tournée, je peux produire 1L pour des queues de cerise (je dis ça par ce que je viens d'en faire d'une qualité qui a tout à fait satisfait mère-grand pourtant habituée à de la qualité orientale).

je remet donc ici un lien qui expliquera mieux que moi de quoi il s'agit : ICI

Extraction des huiles étheriques

On extrait les essences par : distillation, macération ou enfleurage à chaud, enfleurage à froid ou absorption, dissolvants volatils, expression. Ce que nous intéresse d’avantage, c’est la distillation.

La distillation a pour objet de faire d’abord dégager à l’état de vapeur la substance odorante incorporée dans la matière végétale, ce qui s’opère dans une chaudière, puis de la faire repasser à l’état liquide pour la recueillir, opération qui se produit dans un serpentin réfrigérant. L’appareil employé à la distillation ou alambic, se compose d’une chaudière en cuivre (aussi appelée cucurbite), dans laquelle on place les ingrédients à chauffer, broyés, déchiquetés, concassés, au besoin, ordinairement dans l’eau, préférablement dans la vapeur (plus d’information plus tard sur ce point). La cucurbite est surmontée d’un chapiteau, qui se continue par le col de cygne, par où se dégagent les vapeurs. Le col de cygne se prolonge par un serpentin qui plonge dans l’eau du réfrigérant.

L’extrémité inférieure du serpentin s’ouvre par l’extérieur, où on recueille les produits condensés. En effet, de l’eau froide arrive, descend au fond du réfrigérant, tandis que l’eau, plus légère, qui s’est échauffée par suite de la condensation des vapeurs dans le serpentin froid, monte à la partie supérieure du réservoir pour se déverser par le trop-plein. Quelques alambics ont aussi un robinet, qui permet de vider le réfrigérant. On sait que les vapeurs qui arrivent dans le serpentin froid produisent en se condensant une dépression qui entraine un nouvel appel de vapeurs de l’alambic.

Perfectionnements

Une haute température et l’eau nuisent toujours plus ou moins aux principes si fragiles des parfums. La distillation par la vapeur augmente les rendements et donne des essences de meilleure qualité. C’est pourquoi il est meilleur de mettre à la chaudière une toile de gaze ou un panier dans lesquels on dépose les plantes à distiller; l’eau donc n’est qu’entre le fond de la vapeur seulement. Les alambics à colonnes fonctionnent selon le même principe : La colonne à fleurs renferme des grilles pour supporter les fleurs au-dessus des vapeurs aqueuses ou alcooliques qui s’élèvent du bain-marie ou de la cucurbite.
La quantité d’eau à ajouter varie avec la plante, son état de fraicheur ou de siccité, la proportion d’essence qu’elle peut produire.

L’expérience est le meilleur guide ; mais, en général, il ne faut pas ménager le liquide : on a alors des produits plu purs, plus suaves. Si l’on met trop, cependant, comme elle dissout toujours un peu d’huile essentielle, le rendement s’n ressent. S’il n`y en pas assez, on court le risque de voir la matière s’attacher aux parois et donner une huile brûlée. Quand on vise surtout la production de l’essence et non celle de l’eau aromatique, on fait resservir les petites eaux déjà saturées.
On doit employer de l’eau parfaitement neutre, peu riche en sels (avec le laurier-cerise on a constaté que l’eau ordinaire donne des eaux plus fortes qu’en employant de l’eau distillée).
Il vaut mieux opérer sur des quantités importantes de matière à distiller : on a ainsi des produits plus forts et de meilleure qualité.
L’alambic étant chargé, on met le chapiteau, raccorde le serpentin, lute les jointures et allume le feu.

Conduite du feu : On doit aller lentement au début et n’activer la chauffe que vers la fin. Avec un feu trop vif, la vapeur soulève une partie du liquide de la cucurbite et le lance directement dans le serpentin sans avoir été distillé. Dans ce cas, on doit retirer immédiatement le feu. Modérer également la chauffe si l’on voit des vapeurs sortir du serpentin. Dans un bain-marie ne jamais laisser le double-fond manquer d’eau. Il faut évacuer rapidement les vapeurs et les condenser très vite (avoir suffisamment de l’eau froide et un large réfrigérant). Si la température du réfrigérant est trop élevée, 50 % du parfum peuvent disparaître, et le reste est très modifié ; il perd de sa suavité (odeur de cuit, gout d’alambic). Avec certaines essences solidifiables à basse température, on doit laisser s’échauffer le serpentin (anis).

Pour recueillir les essences
Au début, l’eau coule limpide du serpentin, puis elle devient lactescente. Les premières portions d’essence qui distillent (têtes) sont de meilleure qualité ; aussi quelquefois fractionne-t-on les prises (eau de rose, ylang-ylang) ; mais le plus souvent on ne fait pas cette séparation.

La séparation des deux produits finis de la distillation (huile essentielle et hydrolat) se fait avec ce que nous appelons un vase florentin ou essencier. Il existe pas mal de variations et appareils, mais le principe est basé sur le fait suivant: les huiles essentielles ne se mélangent pas dans l'eau, ils y flottent ou alors se déposent sur le fond. Le vase florentin permet de séparer eau et huile essentielle. Les essences plus légères que l’eau (la majorité) on peut recevoir dans un entonnoir à bec très fin avec un robinet. Après séparation ou ouvre et, suivant le cas, il s’écoule l’eau ou l’essence. On peut aussi puiser l’essence d’une éprouvette ou d‘autre récipient verré avec une pipette. Il existe également des récipients florentins à double effet, pour recueillir les essences plus légères et aussi les essences plus lourdes que l’eau. Pour retirer les dernières traces d’huile volatile des eaux distillées, on les laisse longtemps au repos, ou bien on ajoute du sel marin, puis on agite avec une huile grasse ou de l’éther qui es dissolvent.

Rectification : Les essences ainsi obtenues sont plus ou moins pures. Pour rectifier l’odeur on les dissout dans l’alcool et les remet dans l’alambic. Souvent on les obtient ainsi presque incolores et elles rappellent alors mieux l’odeur de la fleur.

Eaux distillées aromatiques : Pour les avoir concentrées on doit faire servir l’eau plusieurs fois à la distillation de matières fraiches. Si dans cette distillation on vise surtout ce produit eau distillée de menthe, de thym d’anis, de coriandre, de fenouil, d’absinthe), on prend en général une partie de plante et quatre d’eau (pou l’eau de fleurs d’oranger double), on pousse activement le feu et recueille deux parties d’au (pour l’eau de fleurs d’oranger quadruple on ne retire que 1 litre d’eau). Pour la rose, le tilleul, une partie de plante et deux d’eau et recueille une partie. Ajouter du sel marin surtout si la distillation est précédée de macération (rose) 6% pou les fleurs, 10% pour les feuilles, 20-25% pour les zestes et les racines. On distille quelquefois l’eau avec l’essence imprégnant une éponge ou du papier filtre. Si l’on veut des hydrolés au lieu d’hydrolats on filtre de l’eau distillée sur des éponges, du sable, chargés d’essence, ou bien on dissout l’essence dans un peu d’alcool, puis ajoute l’eau et agite.

Conservation des produits

Les essences et les eaux aromatiques sont décantées, lavées à l’eau distillée, si besoin est, filtrées, puis conservées, soit dans des estagnons, des bidons en étain ou en cuivre étamé. On soutire les eaux dans des bonbonnes au fur et à mesure des besoins. Les essences à l’alcool sont tenues dans des réservoirs soigneusement fermés. Tous les récipients dans lesquels on manipule ces produits délicats doivent être dans le plus grand état de propreté.

Résidus : Les eaux résiduaires, les matières solides, servent d’engrais (plantes à parfums). Certains produits desséchés (pétales de rose, menthe) sont acceptés par le bétail.

pour encore plus plus plus, cf ce sitequi traite bien de ses nombreux aspects.

_________________
Les contradictions, les incartades, la méfiance joyeuse, la moquerie sont toujours signes de santé : toute espèce d’absolu relève de la pathologie. F. Nietzsch
avatar
Telimectar
Curateur de la Salle

Masculin Nombre de messages : 1581
Age : 35
Localisation : An Tirismar
Date d'inscription : 09/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://yomenie.forumzarbi.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Distillation

Message  Brann du Senon le Mar 31 Aoû 2010 - 19:16





Ne serait-ce pas un outil à fabriquer, euh...., de la goutte ?
Je crois que j'ai ça qui traîne dans un coin... Coin coin !
avatar
Brann du Senon
Enfant du Grand Chat
Enfant du Grand Chat

Masculin Nombre de messages : 43
Age : 56
Localisation : sur terre pour l'instant...
Emploi/loisirs : Etre Celte
Humeur : Ca dépend toujours de ce qu'il y a dans ma corne...
Date d'inscription : 26/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://le-clan-du-senon.forumpro.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Distillation

Message  Telimectar le Sam 4 Sep 2010 - 17:31

oups XD par contre il faut quand même spécifier que c'est interdit! on a le droit d'en posséder, mais pour la décoration!! (c'est très drole quand même) perso j'en ai un à colonne, qui me sert pour les roses, la mélisse, le romarin etc.

_________________
Les contradictions, les incartades, la méfiance joyeuse, la moquerie sont toujours signes de santé : toute espèce d’absolu relève de la pathologie. F. Nietzsch
avatar
Telimectar
Curateur de la Salle

Masculin Nombre de messages : 1581
Age : 35
Localisation : An Tirismar
Date d'inscription : 09/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://yomenie.forumzarbi.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Distillation

Message  imaskar le Sam 28 Mai 2011 - 2:31

je crois qu'on en possédera et pas que pour l'eau de rose Smile

tes idées sont pas mal, y'a moyen de faire pas mal de fric sur ce type de produit surtout en association au gîte. j'approuve!
avatar
imaskar
Ambacte
Ambacte

Masculin Nombre de messages : 92
Age : 29
Localisation : Angers
Date d'inscription : 24/05/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Distillation

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum