à débattre: IV Fonctionnement économique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

à débattre: IV Fonctionnement économique

Message  Telimectar le Ven 11 Juil 2008 - 21:44

IV -Fonctionnement économique.

L'économie doit avoir une finalité sociale…Certes l’entreprise doit faire du profit, mais un profit non financier, un profit social, qui sert la communauté et le bien commun. Tout est dirigé par le besoin (car il est éprouvé que le besoin seul n‘est pas une motivation suffisante, cela s‘est vu en URSS et diverses expériences anarchistes) et le bon plaisir.
Nous n’écartons pas le mérite, mais il ne pourra pas être récompensé autrement que par des honneurs et la plus grande quantité de richesse produite suscitant déja ce mérite. En bref, la valeur intrinsèque du mérite se suffit à elle-même.

Des hyppothèses pour la suite :
Serait il judicieux de ne rétribuer qu’en heure (un peu à la manière des SEL) de travail en lieu et place de la productivité et du niveau de spécialisation comme c‘est actuellement le cas ?
1 personne ne produit à la même cadence horaire (rétribuer autant celui qui travaille lentement et celui qui travaille vite fait chuter la productivité)
2 cependant tout travail se vaut-il? La pénibilité, l'épuisement physique est il différent d'autres fatigues, et peut on véritablement les mesurer, et donc trancher en toute justice?
3 donner dans la société une grande valeur au travail, en tant qu’action bénéfique pour la cité?
Nous pensons qu’il serait bien plus avantageux de rétribuer chacun par le temps travaillé, et de fournir un bonus financier venant directement de la curatelle du trésor pour récompenser les ouvriers d’une part, et les corporations d’autre part, ce bonus étant d’un montant fixe chaque mois et à partager proportionnellement. L’inconvénient restant à déterminer quel serait un niveau moyen de production, chaque ouvrier ayant un rythme de production, une qualité de travail qui lui est propre>>>inclure le gwasileus dans le processus et organiser des concours d’artisanat?
Donner aux vainqueurs des places honorifiques dans l’assemblée?
etc.

L’espace de la cité
Tout d’abord il faut déterminer le cadre du fonctionnement économique de la cité. Par économique, nous entendons tous les aspects de l’activité humaine. Ce cadre se rapproche de la conception grecque de la ville et de son espace: Au centre, la Polis : cité et jardins, espace urbanisé et dont le moindre espace est dompté. Autour, la Chôra : les champs, vergers, pâtures, et tout ce que l’agronomie met en œuvre pour assurer une autosuffisance large à la cité. Et enfin, l’ Eschatiaï ou confins: les espaces laissés à la nature, sauvages, entourant la cité et ses champs; et intouchables car sacrés. Montagnes, forêts et marais, miroirs de la nature en son état premier.

Des productions alimentaires communautaires
Il va de soi que si la cité doit être autosuffisante dans un domaine, c’est dans celui ci. Plus la cité est autarciste, plus elle est libre. Plus elle dépend de l’extérieur, plus elle se voue à devenir une cité marchande, avec les terribles inconvénients que nous connaissons. Toute la production alimentaire doit donc pouvoir venir des champs de la ville, la seule exception concernant des condiments où des produits tels que le sel. Plus la cité se crée de dépendances, plus elle est certaine d’échouer en recherchant ce qui lui manque et qu’il ne dépend pas d’elle d’avoir.

de l’artisanat et des échanges
Chaque grand corps de métier possède un Gwasileus, sorte de député recueillant les doléances, calculant les besoins en matières premières etc pour son métier. Aux assemblées il parle au nom de son corps de métier si une question le regarde en son entier. Il est l’homme le plus âgé de son corps de métier, ou alors être désigné par les 5 artisans les plus âgés du corps. Dans tous les cas, cette dignité doit revenir aux anciens, ceux à qui la maîtrise de leur art confère la sagesse.

Des échanges
Pas de corps de marchand, pour la simple et bonne raison qu'on ne porte pas en honneur ceux qui parlent et ne produisent rien. ce qui se contentent d'acheter pour revendre, sans rien apporter que la commodité.
Nous voulons des hommes en nos murs. pas des marchands
Simplement un curateur (Préfet) pour les biens communautaires à distribuer (système développé ailleurs), et pour les biens que chaque feu produit, les vendeurs seront obligatoirement des personnes du même feu.
Les échanges devraient pouvoir se faire exclusivement dans une grande aula ou directement dans les échoppes des artisans.

De la propriété privée
La propriété privée ne peut pas être foncière hors de l’habitation. Est considéré comme propriété privée un terrain que donne la communauté à chaque homme (ou femme) le temps de sa vie, à sa majorité, mais qui ne saurait dépasser ce qu’il pourrait cultiver de ses mains (à fixer: 50 ares?, 25 ares?) (ou encore un hectare par feu?)
La grande partie des terres cultivées appartient à la communauté, et doit servir en particulier à fournir aux citoyens leur alimentation de base redistribuée par le Préfet, ainsi qu‘entretenir d'éventuels troupeaux: mouton, vache, cheval, chèvre, âne et certains animaux de basse-cour nous sembleraient bon.

De la monnaie
L’argent circule d’une manière très précise et régulée au sein de la communauté. Il s’agit tout d’abord un système assurant à chacun les moyens de vivre décemment.
En plus des rentrée de monnaies résultant de la vente de ce que l'on produit à titre personnel ou des échanges que l'on en pourrait tirer, chaque mois le Questeur octroie à chaque citoyen une somme d’argent ayant une valeur pour 6 mois à compter de la date d‘émission, et non cumulable. le total de la somme équitablement distribuée entre les citoyens est la somme de tout ce qui aura été produit par la cité en moyenne par mois de l'an précédant.

Aucun impôt dans la mesure où les Questeurs gèrent la création de monnaie et que la confiance accordée en la monnaie est totale (puisque cette monnaie est liée à la cité), et qu'elle est indéxée sur la production de biens réels par la cité.

Les besoins recouvrant ce que nous appelons impôts peuvent cependant être liés aux réquisitions votées par l’assemblée générale.
Cela semble daventage une sorte de service civique, au bénéfice du Bien commun, et montrant l'implication, l'attachement de chacun à la cité.

En temps difficiles, ou la survie est en jeu, les récalcitrants peuvent être rappelés à l’ordre ou accusés de se soustraire à l’obligation validée par l’Assemblée pour le -bien commun- , et inscrite dans le Grand consensus.
Bien entendu la réquisition sera toujours compensée par ce que de droit, voir des compensations autres si elle semblent justes et que l’Assemblée donne toutefois son accord. (nous rappellerons seulement que toute personne, faisant partie de l’assemblée, peut opposer son véto raisonné au consensus: toute voix doit être entendue).


Dernière édition par Telimectar le Mar 3 Mar 2009 - 19:31, édité 1 fois
avatar
Telimectar
Curateur de la Salle

Masculin Nombre de messages : 1581
Age : 34
Localisation : An Tirismar
Date d'inscription : 09/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://yomenie.forumzarbi.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: à débattre: IV Fonctionnement économique

Message  Telimectar le Mar 3 Mar 2009 - 19:15

de l’artisanat et des échanges
Chaque grand corps de métier possède un Gwasileus, sorte de député recueillant les doléances, calculant les besoins en matières premières etc pour son métier. Aux assemblées il parle au nom de son corps de métier si une question le regarde en son entier. Il est l’homme le plus âgé de son corps de métier, ou alors être désigné par les 5 artisans les plus âgés du corps. Dans tous les cas, cette dignité doit revenir aux anciens, ceux à qui la maîtrise de leur art confère la sagesse.

Il est dit ailleurs que le Gwasileus est aussi une sorte de surveillant pour les activités : il est la caution d'un travail bien fait et appuie les novices. Toutefois, je considère que le monde du travail reste quelquechose de sensible qui peut parfois se révéler porteur de prises de pouvoir, de pressions etc.
A cet égard je voulais établir une curatelle, composée de trois "Haut gwasileus" élus par l'assemblée générale par la voie ordinaire, dont le but serait de receuillir les doléances de personnes ayant à se plaindre d'un gwasileus qui abuserait de ses prérogatives. le but serait donc simplement celui de recour interne, évitant d'avoir à faire une accusation en justice ou devant les médiateurs. En outres cette curatelle superviserait le travail des gwasileus, dans le sens où ils empêcheraient tout favoritisme déplacé, ou autre action dont les autres membres n'auraient pas forcément à se plaindre, mais qui peuvent être préjudiciables ou génératrices de tensions.

des commentaires?
avatar
Telimectar
Curateur de la Salle

Masculin Nombre de messages : 1581
Age : 34
Localisation : An Tirismar
Date d'inscription : 09/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://yomenie.forumzarbi.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: à débattre: IV Fonctionnement économique

Message  Meneldil le Mer 4 Mar 2009 - 22:24

Non. Je trouve que c'est une bonne idée, même si tu dois te méfier de ta tendance à installer des contre-pouvoirs partout (disons qu'il faut que tu fasses attention à ce que l'équilibre des pouvoirs ne devienne pas un blocage des pouvoirs, comme ce fut fréquemment le cas en pareille situation, en Amérique latine par exemple). Mais en l'occurrence je trouve ça bien.
avatar
Meneldil
Arquen
Arquen

Masculin Nombre de messages : 708
Age : 34
Localisation : Mayotte
Emploi/loisirs : Prof d'histoire-géo
Date d'inscription : 14/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://www.tol-ardor.org/1Accueil.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: à débattre: IV Fonctionnement économique

Message  Telimectar le Ven 6 Mar 2009 - 1:38

(on divisera après au besoin, je m'aide de ta reflexion pour entamer un résumé à mettre sur papier..hein Euryale bien avisée XD)

Concernant les contres "pouvoirs", je les met vu qu'il n'existe pas de "pouvoirs" supérieurs, ni même de réèl "pouvoir" autre que celui du Polémarque en temps de crise... maintenant il me faut nous garentir du travers que tu dénonces, et qui est aussi pernicieux qu'une dictature : la dictature de l'impuissance.

Le shémat est donc le suivant :

-Le peuple désigne des citoyens chargés de veiller à la bonne marche materielle de la cité.
-Ces citoyens, les curateurs, agissent en se référant autant que possible à l'assemblée des citoyens.
-Ce type de fonctionnement de la cité est géré par des curateurs spécifiques, dont le role est de veiller à ce que les règles voulues par l'assemblée soient respectées : les curatèles de veille.
-Il n'y a pas d'executif : les citoyens sont l'ordre, car sont réfléchis, autonomes, et désireux de bien faire.

Les contre-pouvoirs n'ont pas de marge de manoeuvre vu qu'eux aussi sont tenus de se conformer à la volonté publique. Dumoins ils ne peuvent mettre en accusation qu'en s'appuyant sur les volontées exprimées dans l'assemblée.
Ainsi ils ne peuvent travailler à leur compte, ou paralyser une curatelle si celle-ci fait correctement ce pour quoi elle a été choisie.

En fait, nos contre-pouvoirs ne font que dénoncer à l'assemblée ce qui leur semble mauvais, un peu comme fonctionne notre actuelle cour des comptes française. à la limite la Curatelle Haute peut elle limoger des curateurs dont l'action doit immédiatement cesser, mais dans tous les cas, l'assemblée doit ensuite se prononcer dessus. Ainsi rien n'est caché, tout est explicité, le le citoyen se prononce éclairé de tout ce qu'il est possible de lui fournir comme argument.
avatar
Telimectar
Curateur de la Salle

Masculin Nombre de messages : 1581
Age : 34
Localisation : An Tirismar
Date d'inscription : 09/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://yomenie.forumzarbi.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: à débattre: IV Fonctionnement économique

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum